mardi 10 juillet 2018

gom#05 - Degollada-La Laja-Roque de Aguando

En piste !
Debout de bonne heure mais pas trop pour être en forme, les sacs sont prêts de la veille, l'itinéraire choisi, appris et enregistré.

Ce matin le ciel est légèrement voilé, le soleil cogne fort et il n'a pas de vent. Pas de vent du tout. Les températures vont monter et rien de va refroidir les roches, les falaises des barrancos ni les pierres des sentiers... On va souffrir.

 La ligne 2 nous dépose sur notre base de lancement: le Mirador de Degollada. Nous entamons la descente vers le village de La Laja situé à quelques 540m de dénivelé. Le sentier est "technique", entendez par là "parfois inexistant" et il faut faire preuve d'attention pour ne pas perdre le fil. "Technique" également car escarpé. La chaleur est étouffante, on transpire à grosses gouttes mais l'absence de vent rend l'atmosphère immobile, comme figée dans l'espace et le temps, seuls les lézards et les grillons nous rappellent qu'il y a de la vie dans tout ça. Les paysages sont magnifiques et la flore typique des barrancos, palmiers, aloès, cactus en fleur et plantes grasses variées.


Le ciel est voilé mais la chaleur est bien là...

Une fois "en bas" nous apprécierons les sentiers moins abrupts, en effet, la descente s'est avérée être difficile pour les articulations et un peu de dénivelés alternés ne nous fait pas de mal. 
Puis, nous attaquerons la remontée. La piste suit en partie le cours d'eau asséché en cette période. Le grand incendie qui à ravagé cette partie de l'île en 1984 à littéralement anéanti la population d'Eucalyptus de la vallée qui, contrairement aux pins qui ont un système de défense contre le feu, sont morts. Leurs troncs blanchis et décharnés s'élancent encore dans les airs pour ceux qui ne sont pas tombés et, telles des stèles, telle la mémoire de la forêt gardent le souvenir de ces beaux êtres disparus par centaines.
   
Au détour du sentier

La Laja en bas du surplomb

Une falaise du Barranco

Un Eucalyptus ...

Arrivée dans la zone des sommets (ici Ojila)

L'ascension des 930m de dénivelé, avec cette chaleur, se révélera exténuante. Les litres d'eau embarqués diminuerons dramatiquement. Une pause énergétique (entendez oeuf dur + sandwich jambon/salade et beurre de cacahuète) sera la bienvenue au 3/4 du parcours. 30 minutes plus tard, nous repartons et découvrons de magnifiques panoramas graces aux différents pics de la région Ojila, Zarcita puis plus tard Aguando. Les pauses se multiplient pour apprécier les différents points de vue.




Le dernier 1/3 de la piste est moins accidenté, car il suit une crête qui nous conduira à l'Ermitage de la Vierge des Neiges (Ermita Virgen de las Nieves). Nous atteindrons notre point de départ quelques cinq heures plus tard, fatigués (nous sommes toujours en fasting) mais réjouis d'une telle balade.
Total : 9km / 1500m de dénivelé / 3h30 de marche / 5h avec les arrêts. On est contents de notre moyenne de progression sur un terrain si accidenté.

Nous rejoindrons l'arrêt du bus qui doit nous redescendre vers San Sebastian, mais ça ... c'est une autre histoire ...





Aucun commentaire:

Publier un commentaire

N'oubliez pas de signer votre commentaire, soit en inscrivant votre nom dans "Nom/URL" soit en choisissant "Anonyme" et en signant à la fin de votre commentaire.