dimanche 1 juillet 2018

La Gomera ? C'est tout droit !

La Gomera droit devant...
Une trentaine de milles nous séparent de l'île de la Gomera. Nous levons l'ancre dans la matinée puis contournons la Montaña Roja, arrondissons bien la pointe sud de Tenerife pour éviter les vents de l'effet de pointe puis entamons la traversée.

Nous profitons des vents calmés après la pointe pour remonter un peu sur Los Cristianos et pouvoir abattre ensuite en cas de vents forts.
Le vent se lèvera à nouveau une fois dépassée la zone protégée sous le vent de l'île, nous serons vent de travers/bon plein le reste du temps avec une mer hachée et peu confortable, 20 milles à faire comme ça...

Dans nos petites têtes l'idée c'est de trouver une crique le long de la côte sud-est de la Gomera pour y jeter notre ancre. Il est environ 16h quand nous touchons la côte, nous avions visé la pointe Gaviota pour s'y mettre à l'abri des vents dominants. Malheureusement un clapot et son ressac rende l'endroit "bouillonnant", nous ferons quelques allers et retours le long des différentes criques mais l'inversion des vents et de la houle rendent le choix difficile. Le truc est de trouver l'endroit pile où le clapot s'inverse et espérer que l'on puisse y mouiller...

Remontée sur Los Cristianos ...


Nous jetterons notre dévolu sur la plage de la Guancha. L'eau y est noire et profonde, nous mouillerons par plus de 10m de fond afin de rester à distance des falaises de rocs qui plongent abruptement dans les eaux assagies par les courants. La fin de la journée s'annonce et de gros nuages gris et menaçants s'accumulent, les couleurs chatoyantes laissent place à une ambiance morne et monochrome, l'eau prend sa couleur acier des mauvais jours et des rafales de vents font tourner le bateau sur lui-même.

Une colonie d'oiseaux de mer (non encore répertoriés par les scientifiques du bord :)) est nichée dans les falaises et crie à tue-tête et à l'unisson à chaque bourrasque comme des psaumes psalmodiés en l'honneur d'une créature de l'eau ou des airs, on ne sait pas trop mais l'ambiance est forte et prenante. L'endroit a quelque-chose de grandiose et nous plait bien, on se croirait d'avantage dans un Fjord de Norvège ou un Loch écossais, température à part.

Nous avons quasiment réalisé un 360 autour de notre ancre avec des rafales à plus de 20 nœuds, nous pouvons estimer notre mouillage comme étant "sécurisé" et apprécier un petit apéritif avant de manger ... Les oiseaux, eux, continueront leur longue litanie de piaulement jusque tard dans la nuit ...


Version soir / Loch Ness

Version matin  /  Canaries 





Aucun commentaire:

Publier un commentaire

N'oubliez pas de signer votre commentaire, soit en inscrivant votre nom dans "Nom/URL" soit en choisissant "Anonyme" et en signant à la fin de votre commentaire.